Louis Poinssot (1879-1967)

Fils de Julien Poinssot, élève à l’École pratique des hautes études, puis entre à l’École française de Rome en 1903. Depuis 1901, il travaille au Service des antiquités en Tunisie, sous la direction de Paul Gauckler (directeur de 1896 à octobre 1905). Dès 1903, il prend la direction des fouilles de Dougga comme stagiaire à la Direction des Antiquités et des Arts de Tunis. En 1907 il devient inspecteur des Antiquités et le principal collaborateur d’Alfred Merlin, nouveau directeur des Antiquités. Il collabore avec lui à l’exploration de l’épave de Mahdia[1], puis, en 1921, il devient lui-même directeur des Antiquités jusqu’en 1942. Après avoir pris sa retraite, il continue à publier et joue le rôle de conseiller auprès de son successeur, G.-Ch. Picard. Il poursuit l’exploration des grands sites, Thuburbo Majus, Carthage, Haïdra, et surtout Dougga. Il développe les collections du musée du Bardo et améliore leur présentation pour la période musulmane. Juriste de formation, il élabore une nouvelle législation très complète sur la protection des sites et monuments antiques. Si Louis Poinssot ne produit pas de grandes synthèses, son œuvre est immense et dispersée. Avant tout épigraphiste, il excelle dans les commentaires d’inscriptions, la description minutieuse d’objets ou de mosaïques.

Louis Poinssot

Voir la notice de Louis Poinssot dans Agorha


[1] A. Merlin et L. Poinssot, « Les bronzes de Mahdia », CRAI, 1908, p. 386-388 ; Id., Bronzes trouvés en mer près de Mahdia (Tunisie), Monuments Piot, XVII, 1, 1909, p. 29-58.


Vous aimerez aussi...