Basiliques, baptistères et mosaïques

L’apport du fonds Poinssot à l’étude des antiquités paléochrétiennes et byzantines d’Afrique du Nord 

106, 099, 01, 24. Henchir Goussa : basilique chrétienne

106, 099, 01, 24. Henchir Goussa [Henchir el Gousset] : basilique chrétienne

La période de l’Antiquité tardive, dont on sait l’importance qu’elle revêt dans l’histoire de l’Afrique du Nord en matière de christianisation de l’Empire romain (IIIeVsiècles), d’implantation vandale (429-534), puis de reconquête byzantine (533-711), ne constituait pas à première vue le cœur des recherches scientifiques des Poinssot : sur les 206 cartons que compte le fonds d’archives, seuls deux sont explicitement consacrés à « l’Afrique paléochrétienne et byzantine »1. Il convient cependant de nuancer cette première observation, car comme on le verra au cours des lignes suivantes, les documents relatifs à cette période sont fortement dispersés dans le fonds. D’où l’idée de ce billet destiné à susciter l’intérêt des chercheurs pour ces documents d’exception, ainsi qu’à faciliter leur travail de recherche en amont de la consultation.

Les documents qui nous intéressent sont principalement répartis à l’intérieur de cinq grands ensembles du Fonds Poinssot [Archives 106 de la Bibliothèque de l’INHA] :

  1. Cartons 042-087. Afrique antique : dossiers monographiques
  2. Cartons 088-089. Afrique paléochrétienne et byzantine
  3. Cartons 096-102. Autres sites et monuments antiques nord-africains
  4. Cartons 103-109. Mosaïques : essentiellement 106, 106. Mosaïques chrétiennes
  5. Cartons 196-200. Études sur les mosaïques d’Afrique du Nord (Sous-fonds Paul Gauckler)

Voir le tableau récapitulatif des éléments paléochrétiens et byzantins du fonds Poinssot

Cette répartition dépend en grande partie de la configuration initiale du fonds qui consistait en un classement topographique par site archéologique, indépendamment de la période documentée. Pour ce qui est des mosaïques, la décision, en cours de classement, d’isoler certains ensembles bien identifiés dans un sous-fonds Paul Gauckler [cartons 190-204] a entraîné un déplacement des fiches manuscrites de cet archéologue consacrées aux mosaïques chrétiennes.

1. 106, 042-087. Afrique antique : dossiers monographiques

Les dossiers monographiques, rassemblant la documentation relative à plusieurs sites archéologiques d’envergure, constituent une partie conséquente du fonds (45 cartons). Plusieurs de ces sites ont connu une phase d’occupation durant l’Antiquité tardive, qui s’est traduite par un processus de christianisation progressif de l’espace public urbain, mais aussi de la campagne alentour, notamment grâce à la mise en place de groupes épiscopaux et de sanctuaires martyriaux. C’est le cas pour Ammaedara, Carthage, Dougga, Theveste et Thuburbo Maius.

Pour Ammaedara (Haïdra) [dossiers 042, 01-03 et 175, 07] la basilique « des martyrs » (aussi dite « de Candidus »), l’église Saint-Cyprien et la forteresse byzantine sont bien documentées grâce aux photographies des fils de Louis Poinssot, Bernard et Claude. Les notes manuscrites de Louis Poinssot, directeur des Antiquités de Tunisie (1920-1942), et sa correspondance avec Giacomo Dolcemascolo, qui procéda au déblaiement de la basilique entre 1933 et 1935, complètent le dossier2.

Pour Carthage, un dossier entier est réservé aux basiliques chrétiennes découvertes sur ce haut lieu du christianisme antique [dossier 045, 03]3. Paul Gauckler, directeur des Antiquités de Tunisie de 1896 à 1905, avait mis au jour, puis fouillé la basilique de Dermech-Douïmes (1899), ainsi que la chapelle du monastère Saint-Étienne (1901). En revanche, c’est au Révérend Père Alfred-Louis Delattre, aumônier des Pères Blancs de Saint-Louis de Carthage, que revient la découverte des autres édifices documentés par des photographies : la basilique à cinq nefs de Damous el Karita (1878), le baptistère de Bir Ftouha (1880), la Basilica Maiorum (Mçidfa, 1906) et la basilique Saint-Cyprien (1915). Malgré la rude concurrence que se livrèrent parfois le Service des Antiquités et l’Église d’Afrique du Nord dans cette course aux antiquités chrétiennes4, on doit probablement ces clichés aux rapports cordiaux qu’entretint le Père Delattre avec les directeurs successifs du Service des Antiquités et plus spécialement Louis Poinssot, à qui il semble avoir régulièrement proposé de venir visiter l’avancée de ses chantiers5.

En ce qui concerne Thugga (Dougga) [dossiers 054, 06 et 173, 11], autre site d’envergure arpenté par la « dynastie » Poinssot, un dossier complet sur l’église de Victoria (1908-1961) est composé des photographies et documents de fouilles de Charles Emonts (architecte du Service des Antiquités), Raymond Lantier (inspecteur du même Service), Louis Poinssot (directeur des fouilles à Dougga de 1901 à 1920) et Claude Poinssot (directeur du site dans le cadre de la Mission archéologique française en Tunisie). Un ensemble de photographies et de notes bibliographiques de Louis et Claude Poinssot traitent également de la période byzantine de la cité, à travers les inscriptions tardives et les fortifications [dossier 064, 06]6.

Pour Theveste (Tebessa) [carton 083], près de 50 photographies, probablement de Paul Gauckler (1889), sont consacrées à la basilique chrétienne et au rempart byzantin7. Enfin, pour Thuburbo Maius [dossier 084, 01, 09], plusieurs photographies de Bernard Poinssot (1938) et de Claude Poinssot (1959) illustrent le cas particulier du temple dit « de Baal » transformé en lieu de culte chrétien au cours de la période préislamique8.

106, 042, 01. Ammaedara (Haïdra) : enclos dans la basilique dite  "des Martyrs" ou " de Candidus".

106, 042, 01. Ammaedara (Haïdra) : enclos avec inscription dans la basilique dite « des Martyrs » ou  » de Candidus ».

 

2. 106, 088-089. Afrique paléochrétienne et byzantine

Il s’agit des deux seuls cartons explicitement consacrés à cette période chrétienne précédant la conquête arabe de l’Afrique du Nord au VIIIe siècle. La première partie [dossier 088, 01] se compose de dossiers constitués par Paul Gauckler entre 1892 et 1905, lorsqu’il était inspecteur, puis directeur du Service des Antiquités et des Arts de Tunisie [106, 88, 01]. Pour chaque édifice chrétien fouillé on retrouve les notes manuscrites, les croquis, les plans, relevés et photographies qui devaient constituer « l’état civil du monument »9. Les différents sites archéologiques documentés sont, pour Carthage, la basilique de Dermech et la Basilica Maiorum, puis celles de Ksar el Ghoul à Sicca Veneria (Le Kef), Thabraca (Tabarka), Thala, Uppenna (Henchir Chigarnia), Thelepte (Feriana), Taparura (Sfax) et Hammam Lif.

Le reste du carton [dossier 088, 02] se compose essentiellement de fiches topographiques réalisées par Paul Gauckler, puis Félix-Louis Drappier, secrétaire du Service des Antiquités, vers 1892-1898, vraisemblablement en vue de la réalisation du corpus des basiliques chrétiennes de Tunisie projeté par P. Gauckler10 Les épreuves de la publication posthume de l’ouvrage furent d’ailleurs intégrées à ce dossier dans un second temps, probablement par Louis ou Claude Poinssot.

106, 88, 01, 05. Uppenna : Le Père Delattre (à droite) lors des fouilles effectuées sous la mosaïque des martyrs (1905)

106, 88, 01, 05. Uppenna : Le Père Delattre (à droite) lors des fouilles effectuées sous la mosaïque des martyrs (1905)

Le carton 089 est quant à lui essentiellement consacré aux baptistères paléochrétiens et byzantins d’Afrique du Nord. Un inventaire dactylographié faisant état des archives Gauckler consacrées aux baptistères ouvre la série [089, 01, 01], témoignant de l’organisation des dossiers avant qu’ils ne soient réutilisés par les Poinssot et en partie dispersés à l’intérieur du fonds. On trouve ensuite les notes manuscrites et dactylographiées de Paul Gauckler consacrées aux « Baptistères byzantins de Tunisie (ornés de mosaïques) » (1901) [sous-dossier 089, 01, 02], papier lu par l’archéologue lors de la séance du 20 septembre 1901 à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres11. Elles illustrent les sites de Bir Ftouha et de Dermech (Carthage), d’Hammam Lif, Henchir Hakaïma, Sfax, Siagu (Bir bou Rekba), Sainte-Marie-du-Zit (Oued Ramel) et Uppenna (Henchir Chigarnia).

Le reste des documents de ce dossier est consacré aux baptistères polylobés d’Afrique. Ils ont servi de matière à plusieurs publications de Louis et Claude Poinssot sur les baptistères africains, notamment celui de Kélibia, attenant à l’église dite « du prêtre Félix », dont on conserve les manuscrits et les tirés-à-part [sous-dossiers 089, 01, 04-05]. Dans une lettre à Daniel Schlumberger datée du 22 mai 1959 [089, 01, 03], Claude Poinssot faisait part d’un projet d’article, qui semble être à l’origine de la documentation accumulée dans ce sous-dossier : « Je rassemble en effet les éléments d’une étude sur l’influence du décor lobé paléo-chrétien […] sur l’art musulman et l’art médiéval. Différentes études […] ont récemment attiré l’attention sur une part de ce problème, mais en négligeant presque complètement le passage à l’art musulman. Ces études ont par ailleurs eu le tort de se limiter, pour l’art paléo-chrétien, aux tables d’autel, ce qui fait qu’il reste pour la petite étude que je prépare depuis deux ans, une part d’inédit12. »

Enfin, parmi les « documents divers » [dossier 089, 02] on trouve le manuscrit de la communication de Louis Poinssot et Raymond Lantier sur « L’archéologie chrétienne en Tunisie (1920-1932) » lors du IIIe Congrès International d’Archéologie Chrétienne s’étant tenu à Ravenne en 1932 et faisant le point sur les découvertes d’antiquités paléochrétiennes en Tunisie au cours d’une décennie [089, 02, 06]13. Un certain nombre de photographies et de notes de travail conservées dans le fonds ont servi de matériel pour la publication de cet article, notamment celles conservées dans ce même dossier14.

106, 099, 03, 12. Oued Ramel (Sainte-Marie-du-Zit) : baptistère et sarcophage des Trois Grâces

106, 099, 03, 12. Oued Ramel (Sainte-Marie-du-Zit) : baptistère et sarcophage des Trois Grâces

 

3. 106, 096-102. Autres sites et monuments antiques nord-africains 

Une autre partie importante du fonds est celle consacrée à la documentation manuscrite [106, 096-097] et iconographique [106, 098-102] relative aux nombreux sites archéologiques de l’Afrique romaine. Au sein de ces dossiers classés par ordre alphabétique, plusieurs sites ayant connu une phase d’occupation durant l’Antiquité tardive renferment une documentation intéressant les basiliques, les baptistères ou les fortifications byzantines. Dans le premier ensemble, on trouve des notes de travail, des croquis, de la correspondance ou des manuscrits. Le deuxième rassemble toute la documentation iconographique, témoignant de la découverte, des fouilles et des relevés de diverses basiliques, baptistères, nécropoles, citadelles, reliefs, mosaïques, inscriptions etc. Les photographies peuvent dater aussi bien de l’expédition de Julien Poinssot (1882-1883)15, que des investigations ou fouilles de Paul Gauckler16 et de Louis Poinssot17, dans leur rôle de directeur des Antiquités de Tunisie, voire de Claude Poinssot18 dans celui d’inspecteur (1952-1956), puis de secrétaire général de la mission archéologique française (1956-1961).

Voir le tableau récapitulatif des éléments paléochrétiens et byzantins du fonds Poinssot

Voir aussi le tableau récapitulatif des fortifications byzantines dans le fonds Poinssot

106, 101, 02, 01.  Basilique chrétienne de Thelepte, dite  « des quatre piliers »

106, 101, 02, 01. Basilique chrétienne de Thelepte, dite « des quatre piliers »

 

4. 106, 103-109. Mosaïques chrétiennes

106, 106, 02. Thabraca (Tabarka) : caisson de mosaïque de Dardanius

106, 106, 02. Thabraca (Tabarka) : caisson de mosaïque de Dardanius

Une des particularités de l’Afrique tardo-antique réside dans l’utilisation de la mosaïque comme décor de pavement des églises, comme couverture de sépultures, ou sur les tombes à caisson des nécropoles adjacentes19. Bien qu’un certain nombre de documents concernant les mosaïques chrétiennes se soient « égarés », lors de la constitution du fonds, parmi les mosaïques « païennes »20, ils furent pour la plupart rassemblés au sein d’un seul et même carton [carton 106]. Cet ensemble présente un matériel iconographique abondant en ce qui concerne les décorations des baptistères21, des basiliques et de leurs nécropoles22. Un certain nombre de ces mosaïques sont épigraphiques et comportent parfois les dédicaces de donateurs ayant financé une partie de la construction et de la décoration de l’église23. Mais la plupart possèdent une fonction funéraire, qui prévoit bien souvent une épitaphe accompagnée de la représentation du défunt. C’est notamment le cas pour la basilique de Tabarka [dossier 106, 02] où les noms et les images des défunts s’égrènent sur les mosaïques tumulaires qui recouvraient le sol de l’église. Celles-ci furent dans leur grande majorité transportées au Musée du Bardo, comme l’indique le numéro d’inventaire du Catalogue du Musée Alaoui, et celui du tome II de l’Inventaire des Mosaïques de la Gaule et de l’Afrique et de son supplément, réalisés par Paul Gauckler et Alfred Merlin24.

5. 106, 196-200. Études sur les mosaïques d’Afrique du Nord

(Sous-fonds Paul Gauckler)

106, 106, 11. Furnos Minus : mosaïque de Daniel dans la fosse aux lions

106, 106, 11. Furnos Minus : mosaïque de Daniel dans la fosse aux lions

   La série conséquente concernant les mosaïques africaines (12 cartons : 103 à 109 et 196 à 200) fut initiée par Paul Gauckler, probablement en vue de la publication de son Inventaire des mosaïques de la Gaule et de l’Afrique (paru en 1910), puis complétée par Louis et Claude Poinssot. Comme évoqué plus haut, la constitution d’un sous-fonds Paul Gauckler a entraîné la partition des notes manuscrites concernant les mosaïques25. Les fiches manuscrites de Paul Gauckler relatives aux mosaïques chrétiennes, à leurs thèmes et à leur contexte de découverte se trouvent ainsi désormais dans les cartons 196 à 200, consacrés aux « Études sur les mosaïques d’Afrique du Nord » [voir dossier 196, 07], tandis que les carnets de fouilles de l’archéologue (cartons 194-195) peuvent venir compléter ces données, site par site.

Pour finir ce panorama des antiquités paléochrétiennes et byzantines documentées dans le fonds Poinssot, il faut encore préciser qu’on retrouve aussi un nombre assez important d’informations à propos d’artefacts chrétiens dans les parties concernant les collections du Musée du Bardo (carton 090), l’épigraphie (cartons 110-114)26, les sarcophages (carton 118), les céramiques, lampes et carreaux de terre cuite (cartons 120-121)27, sans oublier les grands formats (172-176)28.

Voir le tableau récapitulatif des éléments paléochrétiens et byzantins du fonds Poinssot

Conclusions

C’est en qualité d’inspecteurs ou de directeurs des Antiquités de Tunisie que les différents producteurs de ce « fonds-palimpseste » (Paul Gauckler, Alfred Merlin, Louis et Claude Poinssot…) ont eu à se confronter aux antiquités paléochrétiennes et byzantines du pays, dont ils devaient, en tant que fonctionnaires de la République française, assurer la fouille, la tutelle et la sauvegarde. Cela explique le volume, somme toute, assez important de documents consacrés à cette période-clef de l’histoire de l’Afrique du Nord, bien que la manière d’aborder cette problématique d’un point de vue topographique, ait conduit à la grande dispersion du matériel à travers l’ensemble du fonds. Nous avons tenté, par la réalisation de tableaux récapitulant les différents cartons et dossiers traitant de cette période, de faciliter la tâche du chercheur dans ce « maelström » du fonds Poinssot où il est parfois difficile de s’orienter. Pourtant, cette recherche n’est probablement pas exhaustive, et il est toujours possible qu’au détour d’une page, un croquis ou une note égarée puisse révéler quelques surprises. C’est désormais au tour du chercheur de se plonger dans le fonds d’archives, afin d’extraire de ses profondeurs de nouveaux documents aptes à apporter un éclairage nouveau sur l’histoire de l’Afrique antique et byzantine.

106, 088, 01, 06. Carthage (nécropole au nord- ouest de Damous el Karita): Mosaïque funéraire de "Flavius Valens senior"

106, 088, 01, 06. Carthage (nécropole au nord-ouest de Damous el Karita): Mosaïque funéraire de « Flavius Valens senior » et fragment de mosaïque du baptistère de Bir Ftouha

  1. L’intitulé originel de ces boîtes (selon un classement de Claude Poinssot ?) était « Tunisie chrétienne » (voir les étiquettes de l’ancien conditionnement dans le carton 189). Il a cependant été décidé de modifier celui-ci afin de rendre compte de la présence éventuelle de documents relatifs à d’autres états maghrébins, ainsi que de mieux circonscrire l’étendue chronologique à la période précédant la conquête arabe. []
  2. Voir Elsa Rocca, « Les fouilles de Dolcemascolo à Haïdra dans les années 1930 », dans Autour du Fonds Poinssot. Lumières sur l’archéologie tunisienne (1870-1980), Actes du colloque, Paris, 28-29 mars 2014 (à paraître). []
  3. Plusieurs dossiers de Paul Gauckler et de Louis Poinssot traitent en outre des nécropoles, mosaïques ou artefacts chrétiens mis au jour à Carthage : voir les dossiers 045, 04, 10 ; 047, 01 ; 047, 04, 19 ; 049, 03 ; 172, 04. []
  4. A ce propos voir par exemple D. Raynal, Uppenna: archéologie et histoire de l’église d’Afrique, I, éd. Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2006, notamment p. 51-78 et 171-201 ; M. Bacha, Patrimoine et monuments en Tunisie, 1881-1920, éd. Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, p. 117-119, 164-174, 196-199 ; C. Gutron, L’archéologie en Tunisie: (XIXe-XXe siècles). Jeux généalogiques sur l’Antiquité, éd. Karthala IRMC, Paris-Tunis, 2010, p. 81-86 et 114-117. []
  5. Voir la correspondance du Père Delattre avec Paul Gauckler, Alfred Merlin et Louis Poinssot : respectivement, dans les dossiers 192, 01 ; 040, 01 et 031, 03. Dans une lettre à Louis Poinssot, le Père Delattre lui propose aimablement de venir visiter le chantier de fouilles en cours afin de lui montrer ses dernières découvertes. []
  6. Sur l’église de Victoria, voir aussi le manuscrit de l’article de Louis Poinssot et Raymond Lantier, « L’église de Thugga », Revue archéologique, 1925/02, p. 228-247 [dossier 072, 02]. En ce qui concerne la forteresse byzantine implantée sur le forum, voir aussi le dossier 052, 04 (notes de P. Gauckler et L. Poinssot). []
  7. Plusieurs tirés-à-part de Serge Lancel, Paul-Albert Février et Alexis Truillot concernant la basilique et la nécropole chrétienne ont dû être ajoutés au dossier par Claude Poinssot dans un second temps. []
  8. Il conviendrait de vérifier s’il s’agit du temple dit de la « Baalat » ou plutôt du temple dit de « Baal-Saturne et Tanit-Cérès » (respectivement édifices T5 et T6 du Corpus des mosaïques de Tunisie). Un autre cas est illustré dans le fonds pour le site d’Agger (Henchir Khima, Sidi Amara) [dossier 098, 01, 04]. La publication posthume de P. Gauckler, sur les Basiliques chrétiennes de Tunisie présente également le plan d’un temple punique transformé en basilique à Mactaris (Maktar) [voir dossier 106, 088, 02]. []
  9. P. Gauckler, Basiliques chrétiennes de Tunisie, 1913, p. 5. []
  10. À ce sujet voir le billet « Basiliques chrétiennes de Tunisie. Un manuscrit inédit de Paul Gauckler dans le fonds Poinssot ? » []
  11. Une partie de ses notes manuscrites a été publiée dans les Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1901, vol. 45, no 5, p. 603‑604, ainsi que sous forme d’article de presse dans La Dépêche Tunisienne, sous le titre « Les baptistères byzantins de Tunisie » (1901) [voir le sous-dossier 089, 01, 02]. A quelques adaptations près, le texte est identique au brouillon de Paul Gauckler dans les deux cas. []
  12. Pour des compléments d’information, voir le reste de la correspondance entre Daniel Schlumberger et Claude Poinssot : dossier 038, 03. Il semble que cet article n’ait jamais vu le jour. Noël Duval publiera quelques décennies plus tard un essai sur les baptistères polylobés d’Afrique : N. Duval, « Les baptistères d’Acholla (Tunisie) et l’origine des baptistères polylobés en Afrique du Nord : Études d’archéologie chrétienne nord-africaine – IX », Antiquités africaines, 1980, vol. 15, no 1, p. 329‑343. Peu avant de mourir, Paul Gauckler avait par ailleurs fourni à René Massigli (qui séjourna à l’École Française de Rome de 1910 à 1913) son dossier sur les baptistères à rosaces. Il pourrait s’agir du sous-dossier 089, 01, 02, car selon les dires de Noël Duval, René Massigli s’en serait dépossédé par la suite (cf. N. Duval, op. cit., n. 1, p. 337). De ces documents inédits, et du séjour de recherche qu’il effectua sur le sol tunisien au printemps 1911, il tira l’article suivant : R. Massigli « Notes sur quelques monuments chrétiens de Tunisie », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 32, 1, 1912, p. 3-26. Voir R. Ulrich-Pier, René Massigli: 1888-1988, t. I, Bruxelles, 2006, p. 24-32 []
  13. Un tiré-à-part de cet article se trouve dans le dossier 054, 06 consacré à l’église de Victoria à Dougga. []
  14. Voir, par exemple, le sous-dossier « moules eucharistiques » : 089, 02, 01. []
  15. Voir, par exemple, les clichés de la citadelle byzantine d’Agbia (Aïn Hedja, Bordj Brahim) : sous-dossier 098, 01, 03. []
  16. Par exemple, les basiliques chrétiennes de Thala [sous-dossier 106, 100, 03] ou d’Uppenna [sous-dossier 102, 01, 04.] []
  17. Par exemple, Sufetula (Sbeitla) : sous-dossier 100, 03, 03. []
  18. Par exemple, Sicca Veneria (Le Kef) : sous-dossier 100, 02, 06. []
  19. Sur ce sujet, voir par exemple N. Duval, Les mosaïques funéraires d’Algérie comparées à celles de Tunisie, Faenza, 1970 ; N. Duval, La Mosaïque funéraire dans l’Art paléochrétien, Ravenne, 1976. []
  20. Voir par exemple les mosaïques de l’église d’El Mouasset : sous-dossiers 103, 02, 10 ; 106, 01, 08 ; 107, 04, 11. []
  21. Par exemple celui de Bir Ftouha : sous-dossier 106, 01, 01. []
  22. Par exemple celles de l’église de Kélibia, ainsi que les mosaïques tumulaires de Lemta : sous-dossiers 106, 01, 08, 16-17. []
  23. Voir, par exemple, la scène de construction de l’église de Sainte-Marie-du Zit [sous-dossier 106, 01, 20] et la mosaïque votive de Félix à Thala [sous-dossier 106, 01, 27]. []
  24. A. Merlin, L. Poinssot, P. Gauckler, L. Drappier, Catalogue du Musée Alaoui. Supplément, Paris, 1910 ; P. Gauckler, Inventaire des mosaïques de la Gaule et de l’Afrique, II, Tunisie, Paris, 1910 ; A. Merlin, Inventaire des mosaïques de la Gaule et de l’Afrique, II (supplément), Afrique proconsulaire (Tunisie), Paris, 1915. []
  25. Voir par exemple le sous-dossier 108, 01, 10. « Christianisation des symboles prophylactiques » (notes manuscrites de Louis et Claude Poinssot). Les dossiers thématiques sur les mosaïques de Louis et Claude Poinssot [cartons 108-109] peuvent comporter des références à des mosaïques chrétiennes. []
  26. Voir notamment le dossier 112, 03 : « Inscriptions chrétiennes (classement par région) ». On trouve également différentes inscriptions mentionnant les empereurs de l’Antiquité tardive, principalement sur des bornes milliaires : voir, par exemple, les sous-dossiers 111, 02, 04 (Maxence) ; 110, 02, 31 et 111, 02, 11 (Constantin) ; 110, 02, 07 (Théodose). []
  27. Pour les carreaux de terre cuite à thématiques chrétiennes, voir le dossier 120, 02. Sur ce sujet voir, par exemple, N. Ben Lazreg, « Une production du pays d’El-Jem : les carreaux de terre cuite chrétiens d’époque byzantine », dans L’Africa romana. Atti del VIII Convegno di studio, Sassari, 1991, p. 523‑541. []
  28. Voir par exemple le relevé aquarellé de la mosaïque Ecclesia Mater provenant de la basilique de Tabarka : dossier 176, 08. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *