Pompéi chez les Poinssot

Cote INHA : Fonds Poinssot, Carton 106, 183

Sandra Zanella (Paris I-Panthéon-Sorbonne-INHA)

 «  Dipinti murali scelti di Pompei »[1], édité par le cavaliere Pasquale D’Amelio, est un ouvrage in-folio qui illustre vingt parois peintes de la ville de Pompéi accompagnées d’un texte explicatif. Paru en 1886, ce recueil introduit par les éloges de Giulio de Petra, trouve une place de première importance parmi les ouvrages de son époque. Pour la première fois depuis leur découverte, les parois peintes sont considérées dans leur ensemble, sans que l’attention ne soit exclusivement centrée sur les cadres figurés qui étaient jusqu’alors étudiés hors de leur contexte et considérés comme des représentations autonomes. C’est ainsi que les vingt parois présentées sont traitées de façon analytique et le décor architectural trouve sa juste place avec les représentations figurées.

Les peintures nous sont présentées en vingt chromolithographies légendées avec le nom de la maison dans laquelle elles ont été découvertes. Ces reproductions, réalisées par Vincenzo Loria, montrent une richesse chromatique rare pour les éditions de l’époque et représentent, pour nous, aujourd’hui, une source importante d’informations.

Chaque planche est accompagnée par un riche commentaire en français et en italien, de la main de l’architecte-ingénieur Edoardo Cerillo, traduit par Giulio Cottau. Le regard technique porté par Cerillo s’exprime dans la savante maîtrise des détails architecturaux qui donnent des clefs de lecture à l’observateur.

 

Casa de la petite fontaine (VI 7 8, 23-24) de Pompéi, peinture du tablinum, pl. III

Parmi les peintures qui ont été laissées in situ, la planche III reproduit le mur oriental de l’un des deux tablinums de la maison de La fontana piccola (VI 7, 23-24). Fouillée entre 1826 et 1827, cette maison était en travaux au moment de l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère. La composition architectonique choisie par D’Amelio, témoin remarquable du IVe style pompéien, est réalisée après le séisme de 62/63 de notre ère dont les secousses n’avaient pas épargné cette domus. Organisée en trois champs superposés, cette décoration, reproduit le schéma même du tablinum flanqué par deux passages latéraux là où, dans la réalité, le manque d’espace n’avait pas permis une telle solution architectonique, comme le souligne Edoardo Cirillo. Dans ce jeu de renvoi, la réalité de la planimétrie de la maison se complète avec la peinture dont seule une vision d’ensemble en permet la compréhension complète.

La riche bibliothèque de la famille Poinssot, transmise sur trois générations de chercheurs, reflète les intérêts multiples de ses créateurs. Il est difficile de dire à qui appartenait cet ouvrage rare, ou s’il s’agissait d’un don ou bien d’un achat. Toutefois, les divers titres consacrés à Pompéi présents dans la bibliothèque de Julien, Louis et Claude Poinssot montrent clairement un intérêt pour la ville campanienne et ses découvertes constantes.

À côté d’ouvrages généraux, il est intéressant de remarquer des articles plus pointus, parmi lesquels nous pouvons citer à titre d’exemple un tiré-à-part d’A. Maiuri sur une peinture nilotique d’un intérêt particulier[2], probablement sujet de parallèles pour des études africaines.

Pompéi est donc représentée par ses découvertes mais aussi par les ouvrages élaborés dans le courant du XXe siècle, ce qui montre une pluridisciplinarité des sujets présents dans les archives de la famille Poinssot.


[1]  D’Amelio P., Pompei. Dipinti murali scelti, Napoli (Richter & Co.) 1886. In-fol. pp. IX (1) 20, 20 tavv.

[2] Maiuri A., « Una nuova pittura nilotica a Pompei », Memorie della Classe di scienze morali, storiche e filologiche, 7, 2, 1955, p. 65‑80.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *