« L’autel de la truie » dans les archives d’Alfred Merlin (Fonds Poinssot, 106, 084, 03, 13)

Meriem Sebaï (Paris 1-Panthéon-Sorbonne-ANHIMA)

Les archives Poinssot comportent certains dossiers ayant appartenu à Alfred Merlin, directeur des Antiquités et des arts de la Tunisie, entre 1906 et 1920.

L’un de ces dossiers composés de dossiers photographiques, de notes bibliographiques, d’échanges épistolaires avec des confrères, ou de projets de notes pour des publications concerne le travail qu’effectua Merlin à Thuburbo Maius en 1911. Un dossier, intitulé « Autel de la truie », attire l’attention ; celui-ci est composé de photographies, de quelques notes bibliographiques et du manuscrit de publication de la communication que fit Merlin lors de la séance du 26 juillet 1912 à l’Académie des inscriptions et Belles Lettres1.

C’est lors de cette séance que Merlin annonce la découverte de l’un des plus spectaculaires vestiges de Thuburbo Maius, un naos ou petite chapelle, mis au jour au printemps 1911 lors de fouilles exécutées par le Service des Antiquités2. Arborant la forme d’un petit temple, ce monument dont la décoration mélange des éléments stylistiques grecs à des motifs orientaux, offre au-dessus d’un socle imposant, la représentation d’une cella, précédée d’un porche à deux colonnes ioniques cannelées ‑ dont une est perdue – surmontées de chapiteaux cerclés à la base d’un collier de palmettes. Trois lettres néopuniques sont gravées à gauche du socle, le reste a disparu car la pierre s’effrite.Thuburbo -Maius

Sous la niche centrale, on reconnaît un animal sur lequel je reviendrai, dans le tympan du fronton qui couronne la niche on aperçoit une fleur de lotus inversée, accostée de part et d’autre de deux dauphins se faisant face. Ce monument fut mis au jour au sud, un peu en dehors d’un édifice transformé au IVe s. en église, en même temps qu’une inscription latine dédiée à une divinité inconnue mais rappelant l’offrande d’une palme d’argent à Saturne3.

Considéré comme l’un des témoignages les plus anciens de Thuburbo Maius, ce monument fut rapproché stylistiquement par A. Merlin du mausolée libyco-punique de Thugga – dont la restauration avait été confiée en 1908 à L. Poinssot4 –, puis daté par St. Gsell du milieu du IIe siècle avant notre ère5, et enfin par A. Lézine du début du IIe siècle avant notre ère6. H. Dridi, que j’ai consulté sur la question, opérerait une datation qu’il estime plus raisonnable de ramener autour du Ier siècle av. n. è.

Cette chapelle fut interprétée par A. Merlin comme une attestation du culte de Démeter-Cérès en raison de l’animal qui est représenté sous la niche, un porc, offrande de prédilection à Démeter-Cérès ; il remarque, en outre, dans une note, qu’« il s’agit d’un verrat dont le sexe a été fortement accusé par le sculpteur7 » . Merlin attribua alors l’édifice à « Ba’al et à Tanit, vénérés, aux temps romains, sous les noms de Saturne et Cérès8 » ; double attribution motivée par la présence de l’animal figuré sous la niche centrale et du nom de Saturne dans l’inscription latine. L’idée d’une fusion de Cérès avec Tanit est adoptée en raison de la datation haute du monument par Merlin. A son tour, A. Lézine, en 1961, va plus loin en attribuant l’édifice aux Céreres9 ; enfin, M. Le Glay n’adopte qu’en partie seulement cette lecture dans son ouvrage sur Saturne10. Récusant l’association Tanit-Cérès, il lui préfère finalement celle de Tanit-Caelestis, et rebaptise ainsi l’édifice en « temple de Baal–Saturne et Tanit–Caelestis », appellation sous laquelle il est encore identifié de nos jours malgré une saine tentative de la part de l’équipe du Corpus des mosaïques de la Tunisie de lui attribuer l’identification plus neutre de Temple 611.

Dans ses papiers concernant Thuburbo Maius, Merlin semble douter de l’identification de l’animal. Il écrit qu’il s’agit d’un « porc » mais accompagne cette identification d’un point d’interrogation. Il établit un vaste panel bibliographique consacré à Démeter-Cérès dans lequel on voit clairement qu’il s’intéresse à l’animal.sanglier-zoom

A l’époque, les publications disponibles ne laissent aucun doute sur la question. En 1902 la publication par P. Gauckler d’un relief d’Utique (près de Aïn Maja) relatif à Cérès l’atteste : une truie y est représentée parée pour le sacrifice et accompagnée d’une dédicace lacunaires aux Cereres ((P. Gauckler, « Découvertes d’Utique », BSNAF, 1902, p. 239-240.)) ; A. Merlin, en contact avec Auguste Audollent, lui communique la découverte du monument de Thuburbo Maius et lui fait part de ses hypothèses d’association entre Tanit et Demeter, que le spécialiste de Carthage relaie dans une étude où il inventorie toutes les inscriptions consacrées à Cérès, aux Céreres, ou au personnel du culte12. La lecture de l’article consacré à Déméter par Fr. Lenormant dans le DAGR13 achève de convaincre A. Merlin de l’identité de la divinité honorée dans la niche du monument de Thuburbo Maius où l’auteur, fouilleur d’Eleusis, développe tout particulièrement les modalités des rites en indiquant que le porc est l’animal sacré de la Déesse. La photo du naos thuburbitain, exhumée des archives Poinssot, permet d’observer de près l’animal et d’abonder dans le sens de la lecture de Merlin : le sculpteur a pris soin d’insister sur les organes génitaux de l’animal. Il s’agit effectivement d’un suidé, mais d’autres détails apparaissant sur la photo peuvent nous permettre de préciser encore l’identification de l’animal : il porte un pelage abondant et ses canines sont particulièrement développées, ce qui fait de lui un sanglier. Un réflexe de romaniste invite à interpréter a priori l’animal comme une offrande à une divinité masculine car le rituel romain est toujours attentif à accorder le sexe de l’animal sacrifié à celui de la divinité honorée. Donc, Cérès peut être exclue des hypothèses d’identification de la divinité ; tout comme Tanit car les offrandes répertoriées à cette déesse appartiennent plutôt au groupe des bovidés ou à celui des ovidés, voire à des volatiles. Reste Déméter à laquelle on offrait effectivement des porcs. Des études récentes ont montré que le porc est effectivement l’animal de prédilection de la déesse mais les données ostéologiques permettent d’établir une constante : on sacrifiait surtout des porcelets dans les sanctuaires de Déméter14. Le contexte de découverte convie par conséquent à une certaine prudence : l’inscription lacunaire gravée sur le socle dessine un horizon culturel néo-punique associé par la décoration à l’univers hellénistique, mais il faut aussi tenir compte du fait que le choix d’animaux sauvages, tels le sanglier, pour des offrandes rituelles, est très rare à l’époque punique comme à l’époque romaine en Afrique. Les autres animaux, des dauphins bondissant l’un vers l’autre, évoqueraient plutôt le monde céleste et ne permettent pas de cerner une figure divine particulière. La proposition de Merlin doit donc être réévaluée à nouveau : nous pouvons retenir l’hypothèse d’une chapelle consacrée à une divinité grecque, pas nécessairement Déméter, dont l’arrivée à Carthage a certes coïncidé avec l’introduction de la consommation du porc, mais à qui l’on réservait de jeunes victimes porcines ; il faut, de la même façon, estimer que le propriétaire divin du temple T6 à proximité duquel fut découvert le naos est pour le moment non identifiable.

La lecture de l’animal par Merlin était donc fiable, ses interprétations ont cependant contribué à concevoir pour un espace religieux une dyade punico-romaine fictive, encourageant A. Lézine et M. Le Glay à développer une arborescence d’hypothèses s’appuyant sur des bases fragiles. Ce que l’on s’explique moins bien c’est la raison pour laquelle ce petit dossier relatif à Thuburbo Maius a été intitulé selon l’indication erronée d’« autel de la truie ». La main de Merlin semble exclue, même si ses notes permettent de penser qu’il a été réticent, en spécialiste de la colline de l’Aventin, à identifier Cérès en raison du sexe de l’animal. Toutefois, la lecture de l’article de Fr. Lenormand, qui ne voyait en Cérès qu’une réplique romaine de Déméter, a probablement balayé ses doutes. Est-ce la main de Louis Poinssot ? Cela est peu probable car cette partie des archives de Merlin a été donnée par Renée Merlin, en octobre 1967, à Claude Poinssot, deux ans après la disparition de Louis Poinssot. Cet intitulé serait plus conforme avec ce que l’on entrevoit de la manière dont Claude Poinssot organisa le fonds dont il héritait, remodelant, recomposant parfois de façon intrusive les papiers concernant tel ou tel site. Du reste, Claude Poinssot, avait publié en 1959, dans la revue Karthago15, une étude qui complétait dans une certaine mesure celle d’Auguste Audollent par la publication d’une documentation en partie inédite regroupant des stèles, des statuettes en terre cuite et des inscriptions. Une stèle anépigraphe de la région de Thuburbo Maius, publiée à cette occasion, présente sur l’une de ses faces une truie accompagnée d’instruments sacrificiels. Dans cette étude, on voit que l’auteur ne fait pas la distinction pour l’époque romaine entre truie et porc, associant de façon générique le suidé à Cérès et relayant à son tour la permutabilité de la déesse romaine et grecque. La main de Claude Poinssot est donc probablement à l’origine de cette erreur qui en définitive n’ajoute que peu de choses à la confusion existant déjà entre Démeter et Cérès parmi les antiquisants. Nous pouvons donc considérer que la réflexion sur l’animal de cette petite chapelle de Thuburbo Maius, ‑ que l’on peut homologuer dorénavant comme la « chapelle au sanglier » ‑ permet d’éclairer les chemins interprétatifs qu’empruntèrent les premiers spécialistes de la Tunisie antique, mêlant à un enregistrement rigoureux des données, une construction interprétative bien ancrée dans la perception des cultes grecs et romains du début du XXe siècle.

  1. Ce billet est tiré d’une communication intitulée, L’apport des archives et de la bibliothèque Poinssot à l’inventaire des lieux de culte de la Tunisie antique présentée le 7 mai 2010 dans le cadre d’un séminaire commun ANHIMA/INHA, Histoire et archéologie en Afrique du Nord (HAAN), consacré aux « Lieux de culte de la Tunisie antique. Fouilles récentes et dossiers d’archives ». []
  2. A. Merlin, « Découvertes à Thuburbo Maius », CRAI, 1912, p. 347-361 ; dimensions : 1m, 16 ht ; 0, 48 m lrg ; 0, 53m Ep. []
  3. A. Merlin, CRAI, 1912, p. 355 ; L. Poinssot, RT, 1940, p. 195-201 (AE, 1912, 181) ILAfr., 256 = CILPMB., 344 : [—] / Aug(usto ou -ustae) sa[c(rum)] ; / Diop(h)anth(u)s Cittin(is) Dio/phanti (filii) fil(ius), fa/ber, u(otum) s(oluit) l(ibens) a(nimo) / et Saturno palma(m) arg(enteam) / (denariorum) (uiginti quinque) s(ua) p(ecunia) f(ecit). []
  4. L. Poinssot, « La restauration du mausolée de Thugga », CRAI, 1910, p. 780-787. []
  5. St. Gsell, HAAN, 4, 1918, p. 44, note 7 et p. 204 note 10. []
  6. A. Lézine, Architecture punique. Recueil de documents, Tunis, 1962, p. 19. []
  7. A. Merlin, CRAI, 1912, p. 345, note 3. []
  8. A. Merlin, CRAI, 1912, p. 357-356. []
  9. A. Lézine, Architecture romaine d’Afrique, Tunis, 1961, p. 19. []
  10. M. Le Glay, Saturne Africain, Monuments, I, p. 113-114. []
  11. M. A. Alexander, A. Ben Abed (éd.), Corpus des mosaïques de la Tunisie. Thuburbo Majus. Les mosaïques de la région du forum, II, 1-3, 1980. []
  12. A. Audollent, « Cereres », Mélanges Cagnat. Recueil de mémoires concernant l’épigraphie et les antiquités romaines, Paris, 1912, p. 359-381, part. p. 181 note 2. []
  13. Fr. Lenormant, « Cérés », DAGR, Paris, 1877, p. 1021 et suiv. []
  14. C. Lafon, « Le porc dans les rites de Déméter », François Quantin, (éd.), Archéologies des religions antiques. Contributions à l’étude des sanctuaires et de la piété en Méditerranée (Grèce, Italie, Sicile, Espagne), (= ARCHAIA cahiers d’histoire, d’archéologie et de littérature antiques de l’UPPA 1), Université de Pau et des pays l’Adour, Pau, 2011, p. 79-88. []
  15. Cl. Poinssot, « Suo et Sucubi », Karthago, 1959, p. 106-112 et part. p. 110-111. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *