L’ex-libris du Fonds Poinssot : genèse et symbolique

Monique Dondin-Payre (CNRS, ANHIMA)

Un ex-libris reproduisant de façon très réaliste Julien entouré de ses deux fils, Louis à sa droite, Charles à sa gauche, et portant dans le bandeau inférieur des informations sur le classement des volumes avait été envisagé par Julien à la fin de sa vie, et un projet fut gravé, qui reproduit un cliché célèbre. Mais l’idée fut abandonnée : Julien mourut peu après et le motif était décalé par rapport au pacte selon lequel la partie scientifique de la bibliothèque serait isolée dans les partages futurs pour constituer un tout, puisque Charles n’était pas concerné.

gravure

Collection particulière Madame Poinssot

L’ex-libris apposé sur les volumes fut composé pour Louis Poinssot, selon ses instructions, par un graveur. Il représente l’entrée d’un édifice antique, entouré de deux colonnes doriques supportant un linteau un peu ébréché ; la colonne de droite est entourée d’une guirlande de fleurs, de celles qui figurent sur de nombreux autels sculptés pour les offrandes, les sacrifices aux dieux (sans doute symbole de vie) ; la colonne de gauche est entourée de lierre, plante atropaïque dans le monde romain (sans doute symbole de mort). La signature manuscrite de Louis Poinssot est reproduite sur le linteau. Une légende en grec, sur la base inférieure en forme de cadre épigraphique, dit : « Comme jadis Aphrodite, aujourd’hui Éros surgit des vagues de la mer ». Des vagues tumultueuses, couvertes d’écume, viennent se briser sur cette base, devant une mer légèrement agitée. Au fond, une côte montagneuse, d’où partent des rayons de soleil levant, qui montent dans le ciel nuageux selon un tracé absolument rectiligne. Dans l’encadrement des colonnes, en léger arrière-plan, un homme nu est posé sur les vagues, en une présentation dénuée de tout réalisme : il ne « sort pas de l’onde », comme Vénus, ses pieds absolument secs reposent sur la crête d’écume.

ex libris

Légende et dessin s’éclairent mutuellement pour exprimer la symbolique.

En premier lieu, l’homme du premier plan est l’exacte réplique de l’ « Éros de Mahdia ».

L’épave de Mahdia fut découverte en mer au large de la ville tunisienne de Mahdia, par hasard, en 1907, les fouilles commencèrent la même année, Alfred Merlin, directeur du Service des antiquités de Tunisie ayant été alerté par la vente d’objets à la suite de pillages. Elles se poursuivirent jusqu’en 1913 dans un premier temps, sous l’autorité de Merlin et de son collaborateur Louis Poinssot, qui, lorsque A. Merlin n’était pas disponible, le remplaçait sur place, éventuellement assisté de Louis Drappier, attaché au Service. La cargaison, datée du Ier s. av. J.C., était essentiellement composée de colonnes et d’œuvres d’art en bronze dont une partie fut remontée par Merlin et Poinssot. Celui-ci pratiqua en pionnier une amorce d’archéologie sous-marine : il s’efforça de replacer les objets dans l’épave à partir des informations des scaphandriers.

Cet Éros de bronze fut, comme le reste des œuvres remontées à la surface, restauré pour être présenté au musée du Bardo, opérations dans lesquelles s’impliqua tout spécialement Louis Poinssot [G. Hellenkemper Salies et al., Das Wrack. Der antike Schiffsfund von Mahdia, Cologne, 1994].

L’Éros, extrêmement célèbre, est souvent utilisé comme décoration, ainsi dans la villa Ephrussi de Rotschild, au Cap Ferrat.

eros

La côte en arrière-plan n’est pas celle de Mahdia, très peu accidentée ; selon le principe de composition décalée par rapport à la réalité, elle paraît présenter le profil caractéristique des monts du Djebel Bou Korneïn, au fond du golfe de Carthage. Bou Korneïn qui signifie « père aux deux cornes » décrit le profil mythique du sommet de la montagne où Jules Toutain fouilla, dans la dernière décennie du XIXe s., un sanctuaire de Saturne Balcaranensis [J. Toutain, « Le Sanctuaire de Saturnus Balcaranensis au Djebel Bou-Kourneïn (Tunisie) », Mélanges d’archéologie et d’histoire 12, 1892, p. 3-124].

côte

L’ex-libris associe une série d’éléments réalistes pris individuellement, qui, réunis, constituent une composition symbolique de l’attachement de la famille Poinssot à la Tunisie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *