Basiliques chrétiennes de Tunisie. Un manuscrit inédit de Paul Gauckler dans le fonds Poinssot ?

Frontispice de l'ouvrage posthume de P. Gauckler [106, 088, 02]

Frontispice de l’ouvrage posthume de P. Gauckler [INHA – Fonds Poinssot, 106, 088, 02]

Lorsqu’il était inspecteur (1892-1896), puis directeur (1896-1905) du Service des Antiquités et des Arts de Tunisie, Paul Gauckler mit au jour un grand nombre d’édifices paléochrétiens ou byzantins. Pour chaque site fouillé, il avait réalisé un dossier documentaire (plans, photographies, notes…) en vue de publier un corpus des basiliques chrétiennes de la Tunisie1.

La correspondance entre Paul Gauckler et Paul Monceaux, professeur au Collège de France et spécialiste de l’Afrique chrétienne2, témoigne de ce projet, qui semble toutefois avoir été retardé par la préparation de l’Inventaire des mosaïques de la Gaule et de l’Afrique, pour lequel Paul Gauckler était officiellement mandaté par le Protectorat tunisien lors de son séjour à l’École Française de Rome (1905-1911)3. Paul Monceaux lui écrivait ainsi en 1907 :

« Je crains seulement que les mosaïques ne vous aient fait perdre de vue le volume promis sur les basiliques de Tunisie4. »

La publication posthume de l’ouvrage par Anna Gauckler

Sa démission forcée du poste de directeur des Antiquités de Tunisie en 19055, puis sa brusque disparition à Rome en 19116, empêchèrent en effet P. Gauckler de mener à terme ce projet. Cependant une publication posthume (Basiliques chrétiennes de Tunisie : 1892-1904), parue en 1913 sous l’impulsion de sa sœur, Anna, appuyée par Paul Monceaux, remédia à cette lacune7. Anna s’étant installée à Rome pour vivre aux côtés de son frère8, elle fut la première à avoir entre les mains les dossiers que celui-ci s’était fait envoyer sur place, depuis Tunis, par son « dévoué » Louis Drappier (secrétaire du Service des Antiquités), afin de terminer ses publications en cours9.

Comme ce fut le cas pour la publication posthume du sanctuaire syrien du Janicule, fouillé par P. Gauckler durant ses années romaines10, Anna Gauckler semble avoir pris pleinement part à la rédaction de la préface des éditeurs, ainsi qu’aux modifications apportées au texte ; P. Monceaux signant l’introduction scientifique de l’ouvrage. Deux lettres de P. Monceaux à A. Gauckler conservées dans le fonds Poinssot témoignent des difficultés liées à leur travail d’édition avec l’imprimeur Alphonse Picard11. Ainsi, dans sa lettre du 11 août 1912, Paul Monceaux lui écrivait :

« De toute façon le volume ne sera pas prêt avant la fin de l’année. Je prends bonne note de votre supplément bibliographique. Je n’ai pas d’objections contre les petits changements apportés au texte et au classement des gravures. »

Et dans celle du 17 août :

« Je souhaite que nous n’ayons pas à recommencer la correction […] J’attends la suite pour corriger et vous envoyer le tout. »

Il semble bien que ce soit Anna elle-même qui entra en contact avec la maison d’édition Picard, ainsi qu’avec les spécialistes du domaine, qu’elle avait souvent fréquentés du vivant de son frère, afin d’en obtenir avis et appui scientifique lors des phases préparatoires à la publication12. Le choix de P. Monceaux, qui s’intéressait de très près au projet de P. Gauckler sur les basiliques chrétiennes de Tunisie (et en regrettait amèrement le retard) n’est évidemment pas anodin13. Dans un registre de lettres de condoléances reçues par Anna à la mort de son frère, son nom et son adresse figurent d’ailleurs en première page : « M. P. Monceaux, Coll. de France. Paul avait suivi ses cours à Alger à l’École des Lettres »14. A la sortie du livre, Camille Julian pouvait ainsi souligner « l’admirable dévouement fraternel qui a dirigé cette publication »15.

Dans la préface des éditeurs c’est probablement elle qui couche ces lignes :

« Ces dossiers si précieux sont aujourd’hui incomplets ; ou plutôt, ils sont morcelés, en raison de la dispersion momentanée des éléments qui les composaient. P. Gauckler, qui les avait constitués, comptait s’en servir pour sa publication. Il avait emporté une partie des plans ou dessins qui concernaient ces édifices, et qui avaient été faits sous sa direction. Son nom doit y rester attaché. D’autre part, il y a un véritable intérêt scientifique à reconstituer les dossiers dans leur ensemble. D’où la décision que nous avons prise, de publier tous les plans que nous avions entre les mains, afin de pouvoir les remettre promptement à la Direction des Antiquités16. »

Des dossiers de chaque côté de la Méditerranée

Anna Gauckler était ainsi consciente que ces documents n’appartenaient pas à son frère, mais qu’ils lui avaient été prêtés par la Direction des Antiquités à titre provisoire, afin de mener à terme ses projets de publication17. En témoigne une lettre d’Alfred Merlin (Directeur des Antiquités de Tunisie) à Louis Poinssot (inspecteur du Service), datée du 8 décembre 1911, soit deux jours après la mort de Paul Gauckler :

« Tu as su le suicide de Gauckler à Rome ? Il est convenu avec M. Roy que d’ici quelques jours j’écrirai à Mlle Gauckler pour la prier, au cours du rangement des papiers de son frère, de mettre de côté et de nous renvoyer les documents appartenant au Service des Antiquités qui lui avaient été confiés aux fins de publication18. »

Dans une missive du 31 décembre 1911 à Bernard Roy, secrétaire général du gouvernement tunisien, A. Merlin rend compte de l’issue de sa démarche :

« Mademoiselle Gauckler a répondu à la lettre que je lui ai écrite et où j’avais fait une allusion aux papiers nous appartenant que son frère avait en mains quand il est mort. Elle me dit qu’elle ne peut s’occuper de rien pour le moment, mais elle a l’air d’accepter très bien le principe dont je lui ai parlé, ce qui est l’essentiel19. »

Le 26 juillet 1912, A. Merlin, de passage à Paris, n’ayant toujours rien reçu, informe L. Poinssot qu’il tente de récupérer les documents de la Direction des Antiquités concernant l’Afrique, au moment même où Anna et Paul Monceaux travaillent au manuscrit de l’ouvrage sur les Basiliques chrétiennes de Tunisie20 :

« J’ai vu Mlle Gauckler. Même résultat que par lettres. […] Pour les papiers elle n’a pas encore eu le temps de s’occuper de l’Afrique et ne sait pas ce qu’il y a. Elle imprime chez Picard un volume enfermant les articles romains et italiens, et a l’intention de réunir de même, plus tard, les articles africains dispersés dans les revues, auxquels elle joindrait les inédits qu’elle découvrirait dans les papiers de son frère. Bref, il faut attendre… au reste, très aimable, mais noyée dans son deuil21. »

Bien que la référence à la publication en cours des articles romains de P. Gauckler soit exacte (le volume sortit fin 1912)22, on soupçonne ici Anna de n’avoir pas dit toute la vérité sur les publications africaines, afin de pouvoir mener plus facilement son projet à terme, malgré les « pressions » de la Direction des Antiquités, qui transparaissent en filigrane dans la préface de l’ouvrage23.

Parmi les plans publiés dans l’ouvrage posthume (et qui en constituent la partie la plus importante), seul celui de l’église de Tabarka déjà publié par le capitaine Benet24 et peut-être celui de l’église d’Uppenna, sont conservés dans les archives Poinssot25. Un autre plan (inédit), celui de la basilique de Siagu, a été retrouvé inséré dans l’exemplaire des Basiliques chrétiennes de Tunisie faisant parti de la bibliothèque Poinssot (aujourd’hui conservée à la Bibliothèque Gernet-Glotz)26. En toute logique, le reste de ces plans, en grande partie réalisés par Eugène Sadoux, inspecteur des Antiquités de Tunisie, doit être encore conservé de nos jours dans les archives de l’Institut National du Patrimoine à Tunis, héritier du Services des Antiquités et Arts, dans la mesure où Anna Gauckler aurait bien renvoyé les documents à leur propriétaire légitime, ainsi qu’elle en avait l’intention27.

Dans l’introduction scientifique à l’ouvrage, P. Monceaux insistait en effet lui aussi sur cette nécessité de réunir les éléments des dossiers éparpillés de chaque côté de la Méditerranée :

« Dans ses dossiers du Service des Antiquités, il avait réuni les éléments d’une publication complète. Il n’a pas eu le temps de mener l’œuvre à bonne fin. Du livre qu’il comptait donner, il n’a guère laissé que les matériaux. De ces matériaux très précieux une partie est conservée  à Tunis, dans les dossiers qui seront bientôt complétés, du Service des Antiquités. L’autre partie était restée entre les mains de Gauckler. C’est celle que l’on publie aujourd’hui28. »

A l’intérieur des deux cartons du fonds Poinssot consacrés à l’« Afrique paléochrétienne et byzantine29 » se trouvent justement plusieurs dossiers ayant appartenu à P. Gauckler, sur lesquels est reportée la mention « Archives Gauckler30 ». Pour chaque site archéologique documenté, on retrouve les notes manuscrites, croquis, plans, relevés, photographies qui devaient, selon les termes employés par A. Gauckler dans la préface de l’ouvrage, constituer « l’état civil du monument31». La présence de lettres adressées par L. Drappier à P. Gauckler à l’intérieur du dossier sur Tabarka32, laisse supposer que celui-ci a pu faire partie des dossiers envoyés à Rome par le secrétaire du Service à partir de 1905, afin d’étayer les publications « africaines » que P. Gauckler terminait sur le sol italien33. Le dossier sur Uppenna semble avoir subi un sort identique puisque il en est également souvent fait mention dans la correspondance de l’archéologue, les fouilles de la basilique étant encore en cours quand il quitte le sol tunisien34.

Une lettre de L. Drappier datée du 9 juin 1905 illustre parfaitement la situation :

« Le dossier d’Upenna est indispensable à M. Sadoux pour le plan à 4 ou 5cm [?] par mètre qu’il se propose de faire. Je ne vous expédie donc aujourd’hui que le dossier de Tabarka. Pour Upenna, si vous pouviez attendre 3 semaines ce serait parfait, sinon je recopierai le plan Robin et les lectures d’inscriptions et vous expédierai le dossier dès la semaine prochaine35 ».

L’envoi de ces dossiers aurait dû permettre à P. Gauckler de réaliser son ouvrage sur les basiliques chrétiennes de Tunisie. Mais il semble que sa mission concernant l’élaboration d’un corpus des mosaïques de l’Afrique, puis les fouilles enthousiasmantes qu’il mena au Janicule, lui firent perdre de vue ce projet, qui devait devenir de plus en plus lointain au milieu du tourbillon provoqué par l’omniprésence tangible des ruines de la Ville Éternelle36.

Le texte de l’ouvrage posthume : une communication sur les baptistères africains

Notes manuscrites de P. Gauckler sur les "Baptistères byzantins de Tunisie" [INHA - Fonds Poinssot, 106, 089, 01, 02]

Notes manuscrites de P. Gauckler sur les « Baptistères byzantins de Tunisie » [INHA – Fonds Poinssot, 106, 089, 01, 02]

 C’est ainsi que pour l’ouvrage posthume, c’est un simple papier lu par Paul Gauckler lors de la séance du 20 septembre 1901 à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres (et inédit seulement en partie37), qui fut légèrement modifié afin de servir de texte intégral à la monographie de 1913. Le terme « baptistère » a par exemple été presque systématiquement remplacé par celui de « basilique », afin d’adapter le texte à son nouveau cadre de réception. Le fonds Poinssot contient l’ensemble des notes manuscrites et dactylographiées de Paul Gauckler liées à cette communication et consacrées aux « Baptistères byzantins de Tunisie (ornés de mosaïques)38 ». Elles illustrent notamment les sites de Dermech (Carthage), Siagu (Bir bou Rekba), Sainte-Marie-du-Zit (Oued Ramel), Uppenna (Henchir Chigarnia). Ces notes furent utilisées afin de servir de texte descriptif aux plans et coupes de ces basiliques et baptistères qui occupent plusieurs planches de l’ouvrage. En revanche, les notes relatives aux baptistères de Bir Ftouha (Carthage), Hammam Lif, Henchir Hakaïma et Sfax, qui faisaient pourtant pleinement partie de la communication, n’ont pas été intégrées à la publication posthume, vraisemblablement du fait que les éditeurs ne disposaient ni des plans relatifs aux basiliques dont ils dépendaient, ni d’informations suffisantes les concernant.

Plusieurs lettres de la correspondance Gauckler-Drappier39 nous apprennent que ces notes avaient été égarées lors du transfert des caisses de P. Gauckler de Tunis à Rome :

Rome, 1er décembre 1905 :

« Je suis très ennuyé de n’avoir pas retrouvé dans mes papiers et cartons ma note entièrement rédigée sur les baptistères chrétiens à mosaïque étoilés [sic], que j’avais lue à l’Académie en 1901. Elle était jointe au dossier d’Upenna. Pourriez-vous avoir l’obligeance de la rechercher : chemise vert clair ou jaune40? ».

Rome, 23 décembre 1905 :

« En ce qui concerne mon étude des baptistères chrétiens, si vous ne retrouvez pas mon dossier, vous pouvez sans doute en retrouver le double dans mon [sic] copie lettres de France, 1901 (cf. C.R. Acad. 1901, p. 602 suiv.). Dans ce cas je vous serais obligé de couper la feuille portant copie de mon étude et de me l’adresser ici. J’avais rédigé cette notice au mois de septembre 1901. Merci d’avance et bien cordiales amitiés. »

On peut supposer que ce dossier lui fut finalement envoyé à Rome car, selon toute vraisemblance, ce sont les notes qu’il contenait qui furent réélaborées par Anna Gauckler et Paul Monceaux pour servir de texte intégral à l’ouvrage posthume.

Le choix de cette communication « semi-inédite » relative à des baptistères et non à des basiliques semble à première vue assez étonnant, car il a entrainé un travail évident de recomposition du texte initial. L’explication la plus logique serait que les éditeurs n’aient pas eu entre les mains le manuscrit que P. Gauckler aurait pu entreprendre lors de son séjour tunisien, mais uniquement les quelques documents envoyés à Rome, autrement dit les notes relatives à cette communication sur les baptistères byzantins et les plans des basiliques.

Le manuscrit original retrouvé dans le fonds Poinssot ?

Fiche réalisée par P. Gauckler [INHA - Fonds Poinssot, 106, 088, 02]

Fiche réalisée par P. Gauckler
[INHA – Fonds Poinssot, 106, 088, 02]

Fiche réalisée par L. Drappier [INHA - Fonds Poinssot, 106, 088, 02]

Fiche réalisée par L. Drappier
[INHA – Fonds Poinssot, 106, 088, 02]

Le dossier du fonds Poinssot consacré à la publication posthume des Basiliques chrétiennes de Tunisie contient toutefois ce qui pourrait bien être le manuscrit originellement prévu pour l’ouvrage41. L’ensemble se compose essentiellement de fiches manuscrites de formats différents, réalisées selon un critère topographique, et classées par ordre alphabétique (entrée systématique au toponyme moderne, avec toutefois une séparation physique des fiches entre les « villes dont le nom antique est inconnu » et les autres). Les premières, les plus petites, sont de la main de Paul Gauckler et, au vu de la bibliographie citée (1884-1892), semblent avoir été réalisées quand celui-ci devient inspecteur du Service des Antiquités en 1892. Les secondes, plus grandes, sont de Louis Drappier, secrétaire du Service des Antiquités et semblent avoir été rédigées, toujours sur le même principe, à partir de 1898 (la bibliographie est comprise entre 1891 et 1898), date à laquelle il prend possession de son poste qu’il occupera jusqu’en 192342. Elles semblent donc prendre le relais de celles réalisées par P. Gauckler, car les dates de la bibliographie se succèdent sans hiatus, tandis qu’à plusieurs reprises les fiches de Gauckler y sont jointes par l’intermédiaire d’un trombone43. L. Drappier affirme par ailleurs à plusieurs reprises tenir ses informations d’E. Sadoux ou de P. Gauckler lui-même44. Il est donc probable que P. Gauckler, une fois devenu directeur (1896), chargea son secrétaire de poursuivre l’œuvre initiée à son entrée dans le Service. Il s’agit avant tout d’un dépouillement bibliographique permettant de dresser, grâce à un inventaire des sources antiques et des découvertes archéologiques récentes, un état des lieux des différents édifices de cultes paléochrétiens et byzantins anciennement établis sur le sol tunisien45. Chaque monument connu possède une fiche, ce qui veut dire qu’un même toponyme peut en posséder plusieurs. La description est parfois sommaire car il peut s’agir de simples indications reportées lors de l’exploration du pays par les militaires ou les scientifiques, comme par exemple lors des expéditions de Julien Poinssot, René Cagnat ou Henri Saladin entre 1881 et 1883. De telles observations sommaires, non vérifiées par des fouilles systématiques, peuvent avoir conduit à des erreurs d’identification. Par exemple, certaines absides attribuées à des édifices de culte chrétiens se révélèrent par la suite avoir appartenu à des constructions thermales46. En revanche un certain nombre de sites fouillés, bien documentés à l’intérieur du fonds Poinssot, disposent souvent de commentaires plus étendus que ceux connus par de simples mentions47.

La mise en page soignée avec notes de bas de page, ainsi que la numérotation des fiches du manuscrit, fait penser qu’il s’agissait bien d’un projet éditorial resté inédit48. Il existe en effet, à la suite de ces fiches, un index réalisé par L. Drappier, ainsi qu’un tableau récapitulatif des différents monuments (églises, baptistères, basiliques, couvents) réalisé par P. Gauckler. Pour chaque toponyme, il est précisé le nom de la localité latine ou punique, le nom de la circonscription administrative de l’époque du protectorat, le numéro du fascicule, le numéro de la fiche correspondante, ainsi que le type de monument identifié49.

Le fait que ces quelque 200 fiches manuscrites furent associées dans un même dossier (probablement par Louis ou Claude Poinssot) aux épreuves de la monographie posthume des Basiliques chrétiennes de Tunisie, réalisée par Anna Gauckler et Paul Monceaux, incite évidemment à voir dans celles-ci le manuscrit originel, qui aurait dû naturellement constituer la trame de l’ouvrage projeté par P. Gauckler. Cependant le résultat final fut tout autre et il convient de se demander si ce manuscrit est passé entre les mains d’Anna Gauckler ou s’il n’a au contraire jamais quitté les locaux de la Direction des Antiquités à Tunis. Ce serait probablement l’explication la plus plausible, le manuscrit portant par ailleurs fortement la marque du Service des Antiquités, grâce à la plume et au travail de recherche de L. Drappier. Cependant P. Gauckler n’hésitait parfois pas à publier sous son nom les rapports envoyés par certains de ses collaborateurs ou subalternes, faisant régulièrement appel aux documents du Service des Antiquités, même une fois installé sur l’autre rive de la Méditerranée. Cela entraîna parfois des « litiges » autour de la propriété de certains documents ou ouvrages, dont témoigne abondement la correspondance de P. Gauckler avec L. Drappier et A. Merlin50. Si ce manuscrit lui fut envoyé à Rome (bien qu’on ne conserve aucune trace évidente de ce transfert dans la correspondance), et qu’Anna Gauckler en a pris connaissance, il est alors possible que, dans sa logique de publication posthume des œuvres de son frère, elle ait délibérément choisit de rejeter ce manuscrit, qui se présentait avant tout comme un corpus des monuments connus par de précédentes publications, afin de se concentrer sur la partie inédite laissée par son frère, autrement dit sa communication et les plans aquarellés des basiliques, en grande partie réalisés par Eugène Sadoux. Seul le regard de chercheurs spécialistes de la question pourrait aujourd’hui éclairer d’un œil nouveau cette ébauche, il y a désormais plus d’un siècle, d’un « Corpus des basiliques paléochrétiennes de Tunisie ».

Tableau récapitulatif réalisé par P. Gauckler [INHA - Fonds Poinssot, 106, 088, 02]

Tableau récapitulatif réalisé par P. Gauckler
[INHA – Fonds Poinssot, 106, 088, 02]

Index réalisé par L. Drappier [INHA - Fonds Poinssot, 106, 088, 02]

Index réalisé par L. Drappier
[INHA – Fonds Poinssot, 106, 088, 02]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  1. Voir la préface des éditeurs de l’ouvrage posthume : P. Gauckler, op. cit. note 7, p. 5: « Tous ces documents devaient figurer dans le grand ouvrage qu’il se proposait d’écrire sur les basiliques chrétiennes de Tunisie. Désireux de nous conformer à ses intentions, nous nous hâtons de publier ces documents, pour les mettre le plus tôt possible à la disposition du monde savant ». []
  2. Voir la nécrologie de P. Monceaux par Adrien Blanchet, Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1941, p. 47 : carton 106, 020. Voir aussi Marcel Aubert, « Éloge funèbre de M. Paul Monceaux, membre de l’Académie », CRAI, 85, 1, 1941, p. 36‑44 ; René Dussaud, « Notice sur la vie et les travaux de M. Paul Monceaux, membre de l’Académie », CRAI, 86, 4, 1942, p. 370‑391 ; Jules Toutain, « Paul Monceaux (1859-1941) », Annuaire de l’EPHE, 53, 49, 1940-1941, p. 45‑48. []
  3. A propos de cette mission, voir la préface du volume posthume de P. Gauckler, op. cit. note 22, p. VI. Pour les documents officiels, voir l’acceptation de sa démission comme directeur des Antiquités et Arts de la Régence (1905) et la « proposition de mission à Rome pour l’étude de la mosaïque latine » : Archives départementales de l’Ariège, Fonds Gauckler : 41 J 134, 11-14. Voir aussi une lettre de P. Gauckler au Résident général, datée de 1908, où il le remercie d’avoir renouvelé sa mission en Italie : 106, 193, 03. C’est G. Perrot, directeur de l’École Normale Supérieure (qui guida toute la carrière de P. Gauckler) qui œuvra pour obtenir cette mission à l’École Française de Rome. Dès 1893, face aux difficultés qu’il affronte dans l’exercice de ses fonctions, P. Gauckler envisage un départ pour l’École Française de Rome, demandant à G. Perrot d’étudier cette possibilité : voir Archives départementales de l’Ariège, fonds Gauckler, 41 J-128/32, cité par J. Alexandropoulos, « Paul Gauckler (1866-1911) : une évocation de son passage à Tunis d’après le fonds des Archives départementales de l’Ariège », dans Pallas. Hommage à Dominique Raynal, 56, 2001, p. 119‑137, plus particulièrement, p. 134-135. []
  4. 106, 088, 01, 06, 02. []
  5. Sur la démission de P. Gauckler, voir la correspondance entre Charles Bayet, directeur de l’enseignement supérieur, et le Résident général Stéphen Pichon dans le dossier du fonds Poinssot consacré au « procès Gauckler » (11-19 juillet 1905) : 106, 190, 02, 04. Voir aussi l’acceptation de sa démission comme directeur des Antiquités et Arts de la Régence (1905) : AD de l’Ariège, Fonds Gauckler : 41 J 134, 11. []
  6. P. Gauckler se suicide à Rome le 6 décembre 1911 : voir les nécrologies du carton 106, 019 et du sous-dossier 106, 190, 02, 08 (coupure de presse, signée Louis Chevreuse : journal non identifié). []
  7. P. Gauckler, Basiliques chrétiennes de Tunisie : 1892-1904, éd. A. Picard et fils, Paris, 1913, 29 pages, 30 planches. Les épreuves de l’ouvrage sont conservées dans le dossier 106, 088, 02. []
  8. Voir la lettre de P. Gauckler à L. Drappier du 8 décembre 1905 : « Ma sœur va quitter Paris pour me rejoindre » (106, 41, 01, 05) et l’article du Giornale d’Italia du 9 décembre 1911 : « Allora [Gauckler] era capitato a Roma sei o sette anni fa, in compagnia di una sorella esile e magra, una di quelle donne come solo sa darci la provincia francese e che sembrano uscite dalle pagine della Commedia Umana », cité par J. Alexandropoulos, op. cit. note 3, p. 122. []
  9. Voir la correspondance de L. Drappier à P. Gauckler : 106, 41, 01, 05 ; 106, 88, 01, 03 et 106, 192, 01. []
  10. Voir S. Zanella, « Les années romaines de Paul Gauckler », dans Autour du fonds Poinssot. Lumières sur l’archéologie tunisienne (1870-1980), 1ères journées d’études consacrées au fonds Poinssot, Paris, 28-29 mars 2014 (sous presse). []
  11. 106, 193, 02, 06. Voir aussi les « Frais de publication d’articles adressés à Anna Gauckler, 1912-1913 » (AD de l’Ariège, 41 J 138/47-49). « C’est elle qui s’occupera de négocier avec les éditeurs Picard la parution posthume des notes de fouilles de son frère à Carthage et de protéger sa mémoire » d’après J. Alexandropoulos, op. cit. note 3, p. 122. []
  12. Selon J. Alexandropoulos elle servait même parfois d’« intermédiaire avec les correspondants français de son frère » (J. Alexandropoulos, op.cit. note 3, p. 122.). Un exemplaire du livre conservé à l’École Française de Rome porte la dédicace d’Anna Gauckler à Monseigneur Louis Duchesne, directeur de l’institution, « en souvenir de Paul Gauckler » [exemplaire n° 47 : f° DU 26]. Plusieurs lettres du fonds Poinssot témoignent des relations cordiales que semblent avoir entretenues P. Gauckler et L. Duchesne, ce dernier l’appelant « mon cher ami », s’informant de sa santé et l’invitant de temps à autre à dîner, signant parfois « mille amitiés » : voir la correspondance L. Duchesne-P. Gauckler (106, 192, 01). Cependant la lecture de la correspondance privée de L. Duchesne nous offre une image différente de leur relation, Duchesne avouant faire, en quelque sorte, « œuvre de  charité » envers un Gauckler en pleine dépression : voir F. Callu, L. Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau, 1902-1922, Rome, 2009 (CEFR, 427), p. 223, 292, 388 et 424. Après le suicide de P. Gauckler (6 décembre 1911), c’est L. Duchesne qui s’est occupé de trouver un pasteur protestant pour ses funérailles, car Anna Gauckler se trouvait alors en France : « En ce moment je reviens d’enterrer Gauckler, un archéologue tunisien de bien mauvais caractère, dont, vu sa santé, on avait cru devoir orner la ville de Rome. Comme je le voyais très malheureux et que nous avions des amis communs, je l’endurais depuis cinq ans. La neurasthénie s’est si bien développée qu’il a fini par avaler de l’acide prussique et me voilà, un beau matin, avec un suicide sur les bras. Il a fallu liquider tout cela, faire venir la sœur, débrouiller pompes funèbres, testament et tout ce qui s’ensuit. Me voyez-vous à la recherche d’un ministre protestant pour enterrer le plus fanatique anticlérical que j’aie jamais rencontré ? La sœur, bien entendu, comptait sur moi et je ne lui ai pas manqué. La voilà embarquée avec le cercueil de son frère. Je vous dis cela brutalement, comme un bourru bienfaisant, au fond j’ai été très gentil, vous n’en doutez pas. » (L. Duchesne, 10 décembre 1911). []
  13. Voir la correspondance Monceaux-Gauckler : 106, 088, 01, 06, 02 et 106, 192, 03. []
  14. 106, 193, 05 : Anna Gauckler, « Lettres reçues pour Paul » : registre de lettres de condoléances (1911). []
  15. Revue des études anciennes XV, Bordeaux, 1913, p. 490. Dans son compte-rendu, J.-A. Brutails parle de « mains pieuses » et plus loin : « notre reconnaissance est acquise à ceux qui n’ont pas voulu que tant de labeur fût complètement perdu et qui, à défaut du texte, ont publié les illustrations de l’ouvrage » (Revue des études anciennes XVI, Bordeaux, 1914, p. 371-373). []
  16. P. Gauckler, op.cit. note 7, p. 5-6. []
  17. Voir la correspondance de L. Drappier à P. Gauckler, à partir de l’été 1905 : 106, 41, 01, 05 ; 106, 88, 01, 03 et 106, 192, 01. Alfred Merlin, son successeur à la Direction des Antiquités (1906-1920), a pu aussi parfois lui transmettre directement des documents : voir, par exemple, 106, 199, 04, 04. []
  18. 106, 033, 01. Voir aussi la lettre de B. Roy à L. Poinssot du 11 décembre 1911 : 106, 034, 02. []
  19. 106, 206, 01. []
  20. Voir la lettre de P. Monceaux à Anna Gauckler du 11 août 1912 : « Je connais trop les imprimeurs pour m’étonner de tous ces retards […]. Il y a peut-être un mois qu’il n’a pas envoyé de placards. Depuis le paquet du 24 juillet j’ai reçu seulement la feuille 9, timbrée du 31 juillet ». []
  21. 106, 033, 01. []
  22. P. Gauckler, Le sanctuaire syrien du Janicule, éd. Picard, Paris, 1912. La préface est datée du 1er octobre 1912. []
  23. P. Gauckler, op. cit. note 7 , p. 5-6 : « D’où la décision que nous avons prise, de publier tous les plans que nous avions entre les mains, afin de pouvoir les remettre promptement à la Direction des Antiquités ». []
  24. Cne Benet, « Les fouilles de Tabarka en 1904 », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1905, p. 378-394 et pl. XXVI-XXVII. []
  25. Voir 106, 176, 08 et 11 (Grands formats). []
  26. Je remercie ici Olivia Dejean, Directrice de la bibliothèque Gernet-Glotz, d’avoir bien voulu m’indiquer cette découverte. Il est intéressant de constater que, bien que cet édifice soit décrit dans le texte de l’ouvrage posthume, il n’est toutefois pas illustré dans les planches. Anna n’avait probablement pas entre les mains ce plan original d’Eugène Sadoux (1899) au moment de la publication. []
  27. Selon Sophie Saint-Amans une lettre d’Alfred Merlin à Louis Poinssot témoignerait du retour des documents à la Direction des Antiquités au cours de l’année 1913, mais nous ne sommes pas parvenus à l’identifier. Une couverture de dossier (106, 088, 02, 03) porte le titre (écrit de la main de Paul Gauckler) de « Basiliques. Planches ». Ce dernier terme a été rayé au moment de la réutilisation du document pour contenir les fiches Drappier et Gauckler consacrées aux « Villes dont le nom antique est inconnu » (s’agit il de l’écriture d’Anna Gauckler ou de Louis Poinssot ?). []
  28. P. Gauckler, op. cit. note 7, p. 7. []
  29. 106, 088-089. L’intitulé originel de ces boîtes (selon un classement de Claude Poinssot ?) était « Tunisie chrétienne » (voir les étiquettes de l’ancien conditionnement dans le carton 106, 189). Il a cependant été décidé de modifier celui-ci afin de rendre compte de la présence éventuelle de documents relatifs à d’autres États maghrébins, ainsi que de mieux circonscrire l’étendue chronologique à la période précédant la conquête arabe. []
  30. Voir l’inventaire des Archives Gauckler concernant l’Afrique, réalisé par Anna Gauckler : 106, 190, 01. Les différents sites archéologiques documentés dans ce dossier (106, 088, 01) sont la basilique de Dermech et la Basilica Maiorum à Carthage, puis celles de  Ksar el Ghoul à Sicca Veneria (Le Kef), Thabraca (Tabarka), Thala, Uppenna (Henchir Chigarnia), Thelepte (Feriana), Taparura (Sfax) et Hammam Lif. Difficile de pouvoir affirmer si ces « archives Gauckler » appartenaient toutes aux dossiers « personnels » que l’archéologue avait amené avec lui à Rome en vue de la publication (dans ce cas-là restitués par Anna Gauckler à la Direction des Antiquités) ou s’il s’agissait au contraire des dossiers restés, sous la direction d’Alfred Merlin (1906-1920), dans les archives de la DAAT à Tunis et plus tard intégrés par Louis ou Claude Poinssot à leur propre fonds d’archives. []
  31. P. Gauckler, op. cit. note 7, p. 5 []
  32. 106, 88, 01, 03. []
  33. Voir la correspondance Gauckler-Drappier : 106, 088, 01, 03, 02 et 106, 41, 01, 05 : (Interlaken (Suisse), hôtel Belvédère, 31 juillet 1906) « Pour Thabraca et ses mosaïques je puis encore patienter quelque temps car mon article ne sera pas imprimé avant un mois : d’ici là j’espère que vous aurez pu me procurer les documents qui me manquent encore et qui me sont nécessaires ». L’article auquel fait référence P. Gauckler doit être le suivant : P. Gauckler, « Mosaïques tombales d’une chapelle de martyrs à Thabraca », dans Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot, 13, 2, 1906, p. 175‑228 (épreuves dans le sous-dossier 106, 199, 04, 03 et dans le Fonds Gauckler des AD de l’Ariège : 41 J 138/35-46). []
  34. 106, 88, 01, 05. L’archéologue fait un compte-rendu de ses découvertes à Uppenna dans P. Gauckler, ancien directeur des antiquités et arts de la Tunisie, Rapport sur des inscriptions latines découvertes en Tunisie de 1900 à 1905, Paris, Imprimerie nationale, 1907 (Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires, t. XV, fasc. 4). Voir aussi D. Raynal, Uppenna : archéologie et histoire de l’église d’Afrique, Toulouse, 2006. []
  35. 106, 192, 01. []
  36. Voir la préface de P. Gauckler, op. cit. note 22, p. V-IX. []
  37. Une partie de ces notes manuscrites a été publiée dans les Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1901, vol. 45, no 5, p. 603‑604, ainsi que sous forme d’article de presse dans La Dépêche Tunisienne, sous le titre « Les baptistères byzantins de Tunisie » (1901). A part quelques adaptations, le texte est identique au brouillon de Paul Gauckler dans les deux cas. []
  38. 106, 089, 01, 02. []
  39. 106, 41, 01, 05. []
  40. Drappier répondait le 6 décembre 1905 : « Quant au dossier des baptistères je vais le rechercher, seulement je vous serais bien reconnaissant d’en parler à M. Merlin pour éviter un malentendu » : 106, 192, 01. []
  41. 106, 088, 02. []
  42. Voir la nécrologie de L. Drappier par Alfred Merlin : séance de la Commission de l’Afrique du Nord (12 février 1935), Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1935, p. 255-256 : 106, 019. L. Drappier était un ingénieur agronome qui fut au départ recruté par P. Gauckler pour mener une enquête sur les installations hydrauliques romaines dans la Régence. A. Merlin précise que L. Drappier était « attentif à dresser le bilan des découvertes et le relevé des édifices rendus au jour ». Je remercie S. Saint-Amans pour son aide dans l’identification paléographique. []
  43. Certaines de ces fiches indiquent parfois les plans et coupes réalisés par Eugène Sadoux (inspecteur des Antiquités) pour le site en question. D’autres sont accompagnées de croquis avec dimensions. []
  44. Sur la fiche de Kasserine (Cillium) réalisée par L. Drappier, E. Sadoux ajoute de sa main un commentaire au bas de la page, qu’il signe. []
  45. Quelques fiches concernent cependant la Tripolitaine. En tout près de 160 sites potentiels sont répertoriés. []
  46. C’est le cas par exemple, au sud de la ville du Kef (Sicca Veneria), d’une salle se terminant par un triconque, qui était signalée en 1924 par L. Poinssot et R. Lantier  comme une « petite église chrétienne ». Je remercie François Baratte pour les conversations autour de ce manuscrit qui m’ont suggéré cet exemple. Voir F. Baratte, F. Bejaoui, N. Duval, I. Gui, S. Berraho, H. Jacquest, Basiliques chrétiennes d’Afrique du Nord, II. Inventaire des monuments de la Tunisie, Ausonius, Bordeaux, 2014 (Mémoires, 38), p. 44. []
  47. Sur les sites tardo-antiques et byzantins documentés dans le fonds Poinssot, voir le billet « Basiliques, baptistères et mosaïques. L’apport du fonds Poinssot à l’étude des antiquités paléochrétiennes et byzantines d’Afrique du Nord » []
  48. S’agissait-il d’un simple projet interne à la Direction des Antiquités ou P. Gauckler projetait-il au contraire d’intégrer cet ouvrage à la collection lancée en 1898 sur Les Monuments historiques de la Tunisie, à la suite du premier volume sur les Temples païens ? [R. Cagnat, P. Gauckler, E. Sadoux, Les monuments historiques de la Tunisie. 1ere partie, Les monuments antiques. [1] Les temples païens, Paris, 1898]. Cette série aurait ainsi pu servir de parèdre à ce que S. Gsell avait réalisé pour l’Algérie : voir S. Gsell, Les monuments antiques de l’Algérie, tome second, Paris, 1901 : « Livre III. Monuments chrétiens et byzantins », p. 113-427. L’année 1898 correspond par ailleurs à la reprise en main des fiches manuscrites par L. Drappier, ce qui pourrait étayer cette hypothèse. Est-ce la découverte continue d’édifices de cultes paléochrétiens entre 1898 et 1905 qui retarda la publication de cet ouvrage de synthèse ? []
  49. La numérotation des fiches ne semble toutefois plus correspondre à celle indiquée dans le tableau. Il est possible que les numéros (apposés au crayon de couleur rouge ou bleu), ainsi que les lettres correspondants aux circonscriptions administratives, aient été mis à jour dans un second temps, sans que le tableau soit lui-même modifié. []
  50. 106, 192, 01-02. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *