Le voyage archéologique dans la région de Makthar selon Désiré Bordier

Françoise Batocchi (professeur d’histoire, Éducation nationale)

Une partie des archives de Paul Gauckler a été versée dans le Fonds Poinssot grâce au don fait par sa sœur Anna. Dans sa correspondance, se trouvent deux lettres[1] qui lui ont été adressées par Désiré Bordier. Ancien militaire ayant servi en Algérie, Bordier a débarqué à Hammamet en 1881 avec les premières troupes d’occupation. En 1887, il obtient sa retraite de capitaine après avoir été nommé contrôleur civil de Makthar.

La première lettre concerne la préparation d’un voyage que Gauckler projette de faire avec un groupe de compagnons dans la région. Bordier lui propose d’abord un vade-mecum pour se rendre de Tunis à Makthar, décrivant minutieusement les moyens dont il se sert lui-même lorsqu’il effectue ce trajet en famille. Il détaille ensuite les différents itinéraires possibles pour la poursuite du voyage en fonction des options retenues, avec tous les détails utiles à rendre le voyage agréable.

Première page de la lettre de Désiré Bordier à Paul Gauckler, le 14 septembre 1896 avec la mention « Gauckler » de la main de  Louis Poinssot (?)

Pour se rendre de Tunis à Makthar en passant par Medjez-el-Bab et Téboursouk, compter 2 jours. Prendre le train jusqu’à Medjez-el-Bab, en ayant pris soin de louer pour 20 F. par jour, chez M. Refalo, 13 rue de Carthagène, un landau qu’on enverra coucher la veille du départ à Medjez-el-Bab. Quand la faim commence à se faire sentir, faire halte « à la baraque cantonnière du pont de Slouguia ou à Testour » pour prendre le déjeuner froid dont on aura pris soin de se munir. Si l’on veut être sûr d’atteindre Makthar le lendemain, passer la nuit à Ain-el-Hedjah – plutôt qu’à Téboursouk qui oblige à faire un détour – où l’on profitera de plus de l’hospitalité d’un des caïds du contrôle civil.

Une fois à Makthar, deux options sont possibles en fonction des sites que l’on désire visiter : pour se rendre à Sbiba, revenir sur ses pas jusqu’au fondouk du Sers, puis Ksour, Sbiba, Sbeitla, … cette option Nord étant préférable, selon Bordier, si l’on souhaite poursuivre vers Kasserine et Haïdra. Si l’on choisit l’option Sud, aller à Kairouan, puis Hajeb-el-Ayoun et Sbeitla, pour rejoindre ensuite Sbiba. Ou bien, si l’on renonce à visiter Sbiba, prendre directement la direction de Kasserine depuis Sbeitla.

Bordier cherche ensuite à convaincre Gauckler de faire un détour par Henchir Ghayadha[2], lui faisant miroiter l’invention par M. Poivre, son contrôleur civil suppléant, d’un temple inédit dont lui seul serait capable de découvrir l’emplacement. Il donne d’ailleurs le texte, tronqué et en partie erroné, de la dédicace du temple de Tellus. C’est, selon Alfred Merlin[3], la seule des inscriptions transmises par Poivre dans ses rapports sur le site, retenue par Gauckler dans son édition de l’année suivante[4]. La flatterie n’est peut-être pas de trop pour attirer Gauckler dans cette région montagneuse, au relief accidenté, creusé par des oueds encaissés. En effet, la visite nécessiterait de rallonger le voyage d’un jour ou deux et le site ne pourrait être atteint qu’au terme d’un trajet de 2 ou 3 km à pied ou à dos de mulet ! Mais là encore Bordier a organisé chaque détail de l’excursion. Gauckler ne semble toutefois pas s’être laissé tenter et c’est bien regrettable car malgré les recherches récentes, l’emplacement du temple reste inconnu à ce jour[5].

Cette lettre témoigne de l’isolement dans lequel se trouve à cette date la région de Makthar, qu’aucune route ne relie encore à Tunis. Elle démontre aussi l’excellente connaissance de Bordier d’un territoire qu’il a l’habitude de parcourir à cheval pour exercer sa mission de surveillance, ce qui lui permet également d’en poursuivre l’exploration archéologique. Convaincu de concussion et de malhonnêtetés diverses, Bordier est contraint à la démission en mars 1897 et se retire à Hammamet où il continue toutefois à collaborer avec Gauckler[6]. Mais les échanges épistolaires entre les deux hommes se sont-ils brusquement arrêtés en 1897 ? Et dans le cas contraire, où se trouve le reste de leur correspondance ?

 

 

[1] Fonds Poinssot, carton 106, 191, 06 : lettres de D. Bordier à P. Gauckler envoyées de Maktar, le 14 septembre 1896 et d’Hammamet, le 19 juin 1897.

[2] Henchir Ghayadha se situe à environ 20 km au nord-nord-est de Makthar.

[3] Note lue par R. Cagnat, Séance de la Commission de l’Afrique du Nord du 10 décembre 1917, Bulletin archéologique du comité, 1917, p. CCXLVIII.

[4] P. Gauckler, Rapport épigraphique sur les découvertes faites en Tunisie par le service des Antiquités dans le cours des 5 dernières années, Bulletin archéologique du comité, 1897, p. 435, n° 207.

[5] Voir A. M’Charek, H. Jaïdi, H. Baklouti, S. Sehili, « Recherches d’archéologie et d’Histoire à Henchir Ghayadha/Bagat ? (Tunisie) », Antiquités Africaines, 44, 2008, p. 111-167.

[6] Il collabore notamment en 1901, avec du Paty de Clam à l’ouvrage commandé à Gauckler sur les installations hydrauliques romaines de Tunisie : Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, 2 vol.,Tunis, Impr. rapide, 1897-1912.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *